Crée en 2002, le premier cycle international Chem.I.St fait de l’ENSCR une Ecole d’ingénieur résolument ouverte sur le monde entier. Ce cycle original a pour but d’attirer les meilleurs élèves étrangers issus de l’enseignement secondaire scientifique dans leur pays d’origine et de les former pendant deux ans (4 semestres) avec des bacheliers français (Bac S).

Fondé sur un enseignement scientifique de haut niveau et une formation générale et linguistique solide, « Chem.I.St » apporte aux jeunes talents scientifiques une expérience humaine incomparable où l’interculturalité se vit au quotidien « dans la classe ».

A l’issue des deux années de cycle Chem.I.St, les élèves ont accès sans concours aux cycles ingénieurs des 20 Ecoles membres de la Fédération Gay-Lussac en vue d’y obtenir le diplôme d’ingénieur et le grade de master.

Descriptif et notice de présentation du cycle Chem.I.St + dans les langues suivantes : anglais, allemand, espagnol.

Plaquette Admission des élèves étrangers (version française) (version anglaise)

Procédure d’admission des élèves étrangers en Chem.I.St

L’admission des élèves étrangers dans le cycle Chem.I.St est sélective. Les candidats doivent avoir un excellent niveau scientifique et une connaissance préalable de la langue française. Le niveau minimal requis en langue française est B1 (selon la grille de compétences du cadre européen commun de références pour les langues).

Le recrutement des candidats individuels se fait par concours commun sur dossier et entretien. Pour plus d’information: admission en cycle prépa.

Accueil des élèves Chem.I.St

L’ENSCR assure un accueil personnalisé à tous les élèves admis dans le cycle Chem.I.St et une assistance dans toutes les démarches indispensables à leur intégration dans leur nouvel environnement (logement, carte de séjour, banque …).

L’ENSCR organise une « Ecole d’Eté en français langue étrangère » pour tous les élèves dont le niveau de langue est jugé insuffisant. Cette « Ecole » se déroule au mois d’août précédant la rentrée universitaire. Pour une immersion réelle dans la vie française, les élèves sont hébergés en famille d’accueil et suivent un programme linguistique (25h /semaine) et culturel durant tout le mois.

Pour les élèves issus du Maghreb et de l’Afrique francophone : plus d’info ici.

Témoignages

Lucas Martin Ishida (étudiant brésilien en Chem.I.St 2ème année en 2018)
« L’ENSCR est venue se présenter dans mon lycée à São Paulo. Comme j’étais intéressé par la chimie et par une expérience à l’international, j’ai candidaté. J’ai bien profité de mes deux années de Chemist, parce que j’ai pu développer des compétences scientifiques et linguistiques essentielles chez les ingénieurs. Le système d’enseignement diffère totalement de celui de mon pays car en France les travaux pratiques prennent une place très importante. Dans quelques années, je voudrais m’orienter vers l’étude d’énergie. Après ma formation en tant que Chemist, je pense que je n’aurai aucun problème pour bien réussir. »

Carol-Ann Mélandre (ex-chemist 2012-2014)
« La CPI, c’est la voie la plus directe vers les écoles d’ingénieurs chimistes. Ici, pas de concours mais une place assurée dans une école à la sortie ! Au programme, de la chimie sous toutes ses formes au travers de cours et de TP, des maths, de la physique, des langues et des sciences humaines. Le travail est intense, l’ambiance familiale et la promo soudée. Ce programme complet m’a permis d’aborder sereinement mon entrée à l’école de Montpellier, autant au labo qu’en cours. Aujourd’hui, je vais être doublement diplômée en chimie des matériaux et en marketing, et je compte travailler dans le secteur des dispositifs médicaux. Comme quoi la chimie mène à tout ! »

Clémentine Bidaud (ex-Chem.I.St 2010-2012)
« Ces deux années m’ont permis de rencontrer des étudiants internationaux. Ma binôme était chinoise, on s’est très bien entendues et on a gardé contact depuis ! Par rapport au lycée, la charge de travail est plus importante et nécessite d’être régulier et assidu. Il y a de l’entraide entre étudiants, mais il faut tout de suite se mettre au travail. Après, j’ai intégré l’ECPM de Strasbourg. La transition a été facile : on connaît déjà le fonctionnement d’une école d’ingénieurs, et on a le double avantage d’être au top sur les matières théoriques et d’avoir déjà pas mal manipulé en TP. Maintenant, je suis en thèse en Science des Matériaux. Je garde un bon souvenir de ces deux années, qui m’ont permis d’en arriver ici aujourd’hui ! »