Le plan de relance vise à soutenir la construction, l’économie et à réduire l’emprunte énergétique des bâtiments publics conformément au disposition du décret n°219-771 du 23 juillet 2019 relatif aux obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finales dans les bâtiments à usages tertiaires (dit décret tertiaire) pris en application de l’article 175 de la loi n0°2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (dites Loi ELAN) et plus largement comme traduction d’un état exemplaire tel que défini dans la feuille de route pour la transition énergétique pour les bâtiments de l’état impulsé par la Direction Immobilière de l’Etat.

Cette ambition se traduit pour l’Etat, mais aussi pour tous les propriétaires et occupants de bâtiments tertiaires par une réduction de 60% de la consommation d’énergie des bâtiments de plus de 1000 m² de surface de plancher composant leur parc à l’horizon 2050 par rapport à celle constatées en 2010. Cette obligation est également assortie de deux objectifs intermédiaires à 2030 et 2040 ou les consommations devrons être réduites respectivement à 40% et 50% par rapport à 2010.

Le projet est retenu si son degré de maturité et si son calendrier de mise en œuvre garantie sa notification au plus tard au 31/12/2021. Ainsi le calendrier de mise en œuvre devra assurer une date de livraison pour au plus tard le 31/12/2023.

Résultat de l’appel à projet « Rénovation thermique des bâtiments de l’Etat et de ses opérateurs » pour l’ENSCR :

L’ENSCR a obtenu, suite à cet appel d’offre, le projet de travaux de rénovation thermique relatifs au bâtiment des salles CPI de l’ENSCR (murs extérieurs, couloirs).

Suite à la consultation pour la maîtrise d’oeuvre des travaux du bâtiment CPI (salles et couloirs), l’équipe de maitrise d’oeuvre retenue est la suivante :
– Architecte mandataire : Nicolas Chambon
– Economiste de la construction : société ECO2L
– Bureau d’études fluides et énergies : société H3C ENERGIES

Cette équipe est bâtie autour de trois principes :
– intervention de chacun des spécialistes en tant que co-traitant responsable de sa spécialité dès les phases préliminaires;
– maîtrise de l’intervention sur bâti existant et connaissance mutuelle des intervenants dans un souci d’économie globale de l’opération;
– complémentarité des acteurs en matière environnementale.