L’ENSCR et la FGL renforcent leur coopération avec la Chine

Inauguré en septembre 2009, le Sino-French program in Chemical Sciences & Engineering est une formation d’ingénieurs en chimie et génie chimique, créée conjointement par le réseau de la Fédération Gay-Lussac (FGL) qui regroupe les 20 écoles françaises d’ingénieurs chimistes et l’East China University of Science & Technology (ECUST) de Shanghai, qui figure parmi les premières universités nationales chinoises.

Cette formation inédite, fondée sur 6 ans (3 ans à l’ECUST, 3 ans dans le cycle ingénieur d’une des écoles de la FGL), a permis de délivrer le titre français d’ingénieur diplômé d’une des écoles de la FGL et un grade de Master, à une vingtaine d’ingénieurs en chimie et génie chimique par an depuis 2015.

Cette formation a aussi permis de proposer aux entreprises française et européennes basées en Chine de jeunes talents formés à la Française et de ce fait, très recherchés par l’industrie.

L’Ecole de Chimie de Rennes a joué un rôle fondamental dans la création et le suivi de ce programme, le premier directeur et le co-directeur étant tous les deux issus de l’ENSCR.

Le gouvernement chinois met actuellement en place un dispositif intitulé « World First Rate Universities » comparable à nos Idex et aux initiatives d’excellence allemandes. Dans ce cadre, la création d’une Institution franco-chinoise mobilisant une centaine d’étudiants par an, serait un atout supplémentaire pour nos partenaires de l’ECUST. Les fonds gouvernementaux, issus de cette initiative, soutiendraient ce nouveau programme et fourniraient des bourses pour les étudiants. En raison de sa bonne connaissance de la Chine, la FGL a désigné l’Ecole de Chimie de Rennes comme porteur de ce nouveau challenge au titre de la Fédération.

Afin de mettre une dernière main à ce programme, une délégation de 6 personnalités de l’ECUST, dont le Président QU Jingping ainsi que le Président de la FGL, Frédéric Fotiadu et son équipe, ont été accueillis à l’ENSCR, jeudi 25 octobre, pour une finalisation de la demande de création, auprès du gouvernement chinois, de ce nouvel institut.